JOURNÉE NATIONALE DE LA VÉRITÉ ET DE LA RÉCONCILIATION : NÉGOCIER UNE CLAUSE POUR FAIRE RECONNAÎTRE LA JOURNÉE DE COMMÉMORATION


Le 30 septembre est communément appelé Journée du chandail orange. Le mouvement de la Journée du chandail orange a commencé en 2013 pour honorer les personnes survivantes des pensionnats autochtones et celles qui n’en sont jamais revenues.

En juin 2021, le gouvernement du Canada a adopté une loi qui instaure un nouveau jour férié fédéral, la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation. Depuis, le 30 septembre est maintenant un jour férié pour les travailleuses et les travailleurs des secteurs sous réglementation fédérale.

La plupart des sections locales du SCFP sont de compétence provinciale. Cela signifie que, pour la plupart des membres du SCFP, le 30 septembre sera considéré comme une journée de travail normal.

Si votre convention collective n’a pas d’article pouvant servir à l’ajout du 30 septembre à vos jours fériés, proposez cet ajout lors de votre prochaine ronde de négociation.

Le document d’orientation stratégique du SCFP, adopté par les membres à notre congrès national, engage notre syndicat envers la vérité et la réconciliation. Cela implique de reconnaître l’héritage du système des pensionnats et les préjudices qu’imposent encore les lois et politiques assimilationnistes aux peuples autochtones.

L’ajout de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation dans votre convention collective contribue au processus de réconciliation et aide à répondre aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.

Téléchargez le nouveau guide du SCFP sur la négociation d’une clause faisant de la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation un jour férié pour savoir comment observer cette fête et soutenir les efforts de réconciliation.

Historique de la journée

Inspirés par l’histoire de Phyllis Jack Webstad, une survivante des pensionnats autochtones, des gens de partout au Canada commémorent la journée depuis près d’une décennie.

En fait, alors qu’elle était fillette, Phyllis a reçu de sa grand-mère un chandail orange avant qu’on l’emmène dans un pensionnat de la Colombie-Britannique. Son chandail a été confisqué et détruit dès son premier jour de classe. La destruction du chandail de Phyllis est devenue un symbole de l’objectif colonial des pensionnats, soit l’assimilation des peuples autochtones.

source : https://scfp.qc.ca/journee-nationale-de-la-verite-et-de-la-reconciliation-negocier-une-clause-pour-faire-reconnaitre-la-journee-de-commemoration/