Consœurs, Confrères,

Après quelques rencontres de médiation, nous souhaitons faire un survol avec vous de l’état et de l’avancement des pourparlers. Les deux (2) premières rencontres ont permis aux partis d’éclaircir leurs propositions, de définir la feuille de route des discussions à venir et, bien entendu, faire entendre votre mécontentement face à ce qui a été proposé par l’Employeur.

Nous sommes maintenant à même de vous confirmer que Vidéotron, par l’entremise de son dépôt de ses demandes patronales, veut faire du Secteur Laurentien (Gatineau), un exemple. En choisissant la plus petite des accréditations syndicales, l’Employeur veut marquer des points en vous imposant des reculs pour ensuite les exporter vers les autres accréditations syndicales de Vidéotron Ltée. En effet, le porte-parole patronal nous a confirmé ses intentions et le mandat qu’il a reçu de la haute direction en nous mentionnant : « Qu’il faut commencer quelque part ! »

Jusqu’à présent, l’Employeur maintient son discours et sa volonté d’éliminer toutes les clauses de la convention collective qui limitent l’utilisation de la sous-traitance. Celui-ci veut accroître l’utilisation de la sous-traitance outre-mer par tous les moyens en raison de la « fameuse pénurie de main-d’œuvre » au Québec.

Sur le plan salarial, l’Employeur n’a pas encore déposé ses offres, mais nous constatons à travers ses différentes demandes qu’il cherche à récupérer des sommes importantes avec les assurances, le régime de retraite, la sous-traitance outre-mer et le télétravail imposé.

Il est clair que si l’Employeur n’investit pas dans les conditions de travail des membres du Secteur Laurentien, il aura de la difficulté avec l’embauche ainsi qu’avec la rétention du personnel. La balle est dans son camp, s’il veut réaliser son développement à travers le Canada et attirer des candidats dynamiques, il devra prouver qu’il est un Employeur de choix et démontrer que ses conditions de travail sont compétitives.

Les partis ont ajouté quelques dates supplémentaires de rencontre afin de poursuivre la médiation. Restez à l’affût, d’autres informations suivront.

Solidairement,

Nick Mingione, président

Syndicat des employé(e)s de Vidéotron Ltée SEVL-SCFP-2815

Du 5 au 11 février 2023 se tient la 33e Semaine de prévention du suicide. Avec comme nouveau thème Mieux vaut prévenir que mourir, cette campagne met de l’avant l’importance de la prévention et encourage les gens à oser parler du suicide malgré les craintes ou l’inconfort, puisqu’agir peut faire toute la différence.

Aborder la problématique du suicide avec nos proches et dans nos milieux est une façon de prévenir le suicide. C’est pourquoi, dans le cadre de cette campagne, nous vous invitons à oser parler du suicide. En février, sur le site oseparlerdusuicide.com, nous pourrons d’ailleurs y retrouver de l’information sur la détresse, comment la déceler et comment y répondre, des témoignages de personnes qui ont osé parler du suicide dans leur vie ainsi qu’une liste de façons de se mobiliser pour la cause.

source : https://aqps.info/semaine-nationale-de-prevention-du-suicide/

Consœurs, Confrères,

Nous souhaitons faire le point pour donner suite au communiqué interne diffusé jeudi dernier par la direction des relations de travail de Vidéotron en réaction à l’article paru dans « La Presse » le 19 janvier dernier :

Cliquez ici pour voir l’article

Plusieurs d’entre vous ont réagi au fait que l’Employeur reproche au SEVL-SCFP-2815 et surtout au Président, M. Nick Mingione, de ne pas avoir dénoncé les gestes d’intimidation que certains travailleurs et travailleuses de l’entreprise « Xceed » auraient supposément posés. Il est extrêmement préoccupant de lire dans le communiqué de Vidéotron qu’il procède à un processus rigoureux pour le choix des sous-traitants afin que ceux-ci respectent les lois du pays, alors que l’Égypte est un pays reconnu pour sa répression et sa violation des droits humains.

Si vous prenez le temps de lire l’article de « La Presse », vous apprendrez que l’entreprise « Xceed » appartient au gouvernement égyptien et qu’il s’agit du principal sous-traitant de Vidéotron Ltée dans ses centres contacts clients. Le journaliste relate la situation politique et économique de l’Égypte. En quelques recherches sur internet, vous pourrez confirmer que les autorités égyptiennes n’hésitent pas à utiliser des lois abusives sur le terrorisme comme mesures punitives auprès de travailleuses et travailleurs qui tentent de revendiquer leurs droits. Plusieurs organisations reconnues mondialement, comme « Amnistie Internationale », « Humans right watch », « l’ONU » et des ONG dénoncent le gouvernement égyptien pour son autoritarisme ainsi que le non-respect des droits humains.

Ces organisations relatent également des cas de torture et de disparitions. L’Égypte se place au troisième rang du classement des pays exécutant le plus de prisonniers dans le monde, après la Chine et l’Iran. La quasi-totalité des médias est contrôlée par l’état ou des proches du régime. Les médias indépendants sont censurés et passibles de poursuites judiciaires.

Bref, vous comprendrez que l’Égypte est loin d’être un pays libre et démocratique. D’ailleurs toutes revendications syndicales ou moyens de pression peuvent être considérés comme étant des actes terroristes. Nous nous questionnons sérieusement sur les critères du processus rigoureux de sélection de Vidéotron Ltée et surtout, de son choix de considérer de la sous-traitance en Égypte. Il est étonnant que Vidéotron précise dans le même communiqué qu’il ne s’immisce pas dans la gestion interne du sous-traitant « Xceed ». De plus, il condamne, sans enquête, les gestes d’intimidations soi-disant commis par des travailleuses et travailleurs qui ont été congédiés.

Il est regrettable qu’un représentant de Québecor condamne, sans autre formalité, des travailleuses et travailleurs immigrants en Égypte qui tentent de revendiquer de meilleures conditions de travail dans un pays hostile aux droits et libertés. Nous avons d’ailleurs appris que les deux personnes congédiées sont recherchées par les autorités égyptiennes et trois autres ont été arrêtées. Nous nous inquiétons de leur sort, sachant que ces mêmes personnes peuvent être accusées de terrorisme.

Nous interpellons la direction de Vidéotron Ltée pour qu’elle s’assure que les entreprises internationales avec lesquelles elle a des contrats, agissent dans le respect des droits humains et des droits des travailleuses et travailleurs, incluant le droit d’association, de négociation et de faire des moyens de pression. L’image et la crédibilité de Québecor sont en jeu et il est temps d’agir comme un vrai citoyen corporatif responsable et digne de sa dynastie.

Solidairement,

Nick Mingione, président

Syndicat des employé(e)s de Vidéotron Ltée SEVL-SCFP-2815