Mercredi 4 novembre 2020

17h30

Ordre du jour

  1. Rapport annuel de SAI pour 2019
  2. Retour sur les performances et changements 2019-2020
  3. Rapport du gestionnaire Letko-Brosseau pour 2019-2020
  4. FRV-COLLECTIF option pendant pandémie
  5. Période de questions libres des membres

Vous pourrez arriver dans le salon virtuel Teams à partir de 17:30

Veuillez nous confirmer votre participation à secretariat@sevl2815.com

Vous allez recevoir le lien Teams par courriel, quelques jours avant, afin d’y participer en vidéoconférence.

Retour imminent à la table de négociation

Comme vous le savez, nous sommes sur le point de retourner à la table de négociation. Nous sommes bien conscients que l’exercice commence à être long et nous vous savons impatient de voir, éventuellement, la lumière au bout du tunnel. Après avoir tenté un blitz en juin, les parties doivent se réunir sous peu avec un nouveau porte-parole patronal, ce qui retarde le début des discussions. Bien que dommage, cela arrive parfois et il ne faut surtout pas céder à la panique et demeurer patient. En attendant, nous effectuons du travail en marge de la table de négociation pour nous assurer que le déroulement des discussions soit plus efficace. Il est vrai que le faible taux d’articles réglés est décourageant, mais plusieurs discussions sont avancées et pourraient faire débloquer des pans importants de la négociation.

Des enjeux majeurs et incontournables

Il est important de faire le tour des enjeux cruciaux, car il faut garder en tête que cette négociation en est une charnière dans la pérennité de nos emplois et de la section locale. En effet, l’automatisation, les avancées technologiques et la virtualisation sont des exemples de défis auxquels nous faisons face. Nous devons nous assurer, comme le dit notre slogan « oui aux changements, mais pas sans nous », d’être les personnes qui seront aux premiers plans de ce virage technologique sans précédent. Ainsi, la sous-traitance demeure un point important. Nous avons répété à l’Employeur que nous ne sommes pas fermés à l’utilisation de la sous-traitance. En effet, elle donne une marge de manœuvre intéressante à celui-ci et lui permet de rester compétitif dans un marché rempli de gros joueurs. Cependant, nous devons encadrer son utilisation, autant au niveau du nombre d’heures de sous-traitance permises ainsi qu’au niveau du type de tâches effectuées. Très simplement, nous désirons que le personnel syndiqué soit au centre des nouveautés ainsi que de leur implantation. C’est ainsi que nous pourrons assurer la pérennité de nos emplois et de nos conditions de travail. Il ne faut pas être gêné d’exiger que nos tâches, que l’on veut bien partager, reviennent d’abord et avant tout aux syndiqué(e)s. N’oublions pas que ces tâches sont les nôtres.

Pour ces raisons, nous demandons également d’avoir une place prioritaire dans les fonctions ainsi qu’une priorité dans la formation sur les nouvelles technologies. Il est anormal que les sous-traitants aient accès avant nous aux nouvelles technologies et aux nouveaux produits. Les membres du SEVL-SCFP-2815 sont ceux qui étaient là hier, qui sont là aujourd’hui et qui seront là demain. Pourquoi ne pas nous associer en priorité dans les produits et nouveautés qui seront l’avenir de Vidéotron ? Obtenir ces garanties serait une juste contrepartie à notre ouverture par rapport à la sous-traitance. Il est clair que nous ne pouvons pas partager notre juridiction sans avoir des garanties qui protègent et priorisent nos membres ainsi leurs tâches présentent et futures.  

L’équité salariale, la structure de rémunération, la formation, etc. sont tous des points majeurs qui devront faire partie d’une entente globale, une fois que les discussions sur la sous-traitance et les nouvelles technologies seront terminées. Les outils et les mécanismes prévus à la convention collective qui nous permettent de nous protéger et de nous défendre sont également des éléments à maintenir et à bonifier. Nous aurons l’occasion d’y revenir de façon plus précise dans les prochaines communications.

Patience, unité et solidarité

En terminant, l’expérience nous apprend qu’on ne doit pas négocier de façon précipitée. Nous voulons accélérer le rythme, mais pas à n’importe quel prix. En étant patients, vous démontrez à l’Employeur qu’il lui est inutile de faire une guerre d’usure. En continuant à nous appuyer et en faisant respecter la convention collective actuelle, nous mettrons ensemble de la pression sur lui plutôt que sur notre équipe.

Restons unis !

Restons patients !

Oui aux changements, mais pas sans nous !

Nick Mingione, président du SEVL-SCFP-2815

Bonjour à tou(te)s,

Nous avançons vers la fin du mois de septembre et pour la plupart d’entre nous, le retour au travail est chose faite. Nous souhaitons que cette période de vacances ait été profitable, surtout après un printemps difficile.

Nous vous proposons une courte rétrospective des faits saillants des derniers mois.

Échec de la tentative d’un blitz de négociations avant l’ajournement estival

Nous avons tenté une ultime approche avec l’Employeur pour en arriver à une entente sur les points majeurs. Nous poursuivions l’objectif d’en arriver à une entente de courte durée et ainsi permettre aux parties de renégocier une future entente en prenant compte de la nouvelle réalité issue des conséquences de la pandémie. Malheureusement, aucune offre sérieuse n’a été faite par celui-ci. Bien que déçu que l’Employeur n’ait pas sérieusement tenté de s’entendre avant l’été, nous retournerons sous peu à la table de négociation pour poursuivre notre travail.

Changement de porte-parole patronal

Vers la mi-juillet, nous avons appris le départ inattendu Mme Isabelle Blais, porte-parole patronale à la table de négociation. Nous avons espéré que cela ne cause pas de délai vu la possibilité que le directeur, M. Alexandre Dubois, puisse prendre la balle au bond. Malheureusement, ce ne fut pas le cas. Dans le courant du mois d’août, nous avons reçu l’annonce que M. Martin Dalpé, qui était directeur principal des relations de travail chez TVA, viendra porter main forte et remplacera Mme Blais.

Le 10 septembre, accompagné de Martin Larose, qui est notre conseiller syndical ainsi que notre porte-parole a la table de négociation, nous avons rencontré à nos bureaux, M. Dalpé, Mme Marie-Hélène Pelletier, vice-présidente aux ressources humaines et M. Dubois, directeur des relations de travail. Lors de cette rencontre, les parties se sont rapidement entendues sur l’importance de reprendre les négociations et d’accélérer la cadence. Nous devrions débuter à la mi-octobre, le temps que M. Dalpé s’approprie le dossier.

On poursuit malgré tout le travail

Malgré l’échec du mois du blitz de négociation du mois de juin, il y a eu une approche avec la haute direction en comité restreint, soit des opérateurs et des membres de l’exécutif. L’objectif étant d’expliquer les attentes respectives visant les principaux enjeux de notre négociation. Ces rencontres se déroulent sur un ton respectueux et nous permettent d’explorer des pistes de solutions qui répondraient aux attentes des deux parties. Nous sommes actuellement en train de planifier une prochaine rencontre. Soyez assurés que votre comité de négociation recevra ces précieuses informations afin de poursuivre son travail.

Télétravail

Par ailleurs, nous aurons une rencontre concernant le télétravail le 1er octobre prochain. Comme vous le savez, le télétravail est maintenu jusqu’en janvier. Nous aimerions définir les balises pour les prochains mois.

En terminant, nous allons donc poursuivre notre travail au niveau des négociations tout en continuant de nous assurer du respect de la convention collective en vigueur. Nous vous demandons de rester vigilant et de continuer à soutenir votre comité de négociation ainsi que votre comité exécutif et vos délégués.

La période estivale étant derrière nous, nous augmenterons la publication de communiqués pour vous tenir informés des développements.

OUI AUX CHANGEMENTS, MAIS PAS SANS NOUS!

Nick Mingione, président du SEVL-SCFP-2815